Les volcans … oui, c’est bien le feu de la terre qui s’échappe de leur trou, qu’on appelle leur « bouche ». Mais ils lancent aussi de la fumée,des gaz, des cendres, des pierres en feu. Et ils vomissent surtout une sorte de boue brûlante, plus ou moins liquide, appelée lave. Cette lave s’écoule, brûle tout sur son passage et devient solide en se refroidissant. Le Vésuve, en Italie, a ainsi recouvert la ville de Pompéi sous plusieurs mètres de cendres et de l ave, il y a 19 siècles ! Des explosions aussi peuvent projeter très haut d’énormes rochers, dans un bruit assourdissant : on a entendu l’éclatement du Krakatoa, à Java, à plus de 2 000 km ! Et parfois, l’éruption est accompagnée de tremblements de terre et de raz-de-marée.

Les volcans ne sont pas tous pareils. Mais, toujours, une montagne se forme, causée par l’entassement de la lave. Au centre, leur « bouche » fait un creux qui est le cratère. Si le volcan est en « activité », on peut voir à l’intérieur – mais de loin ! – un lac de feu qui mijote. D’autres fois, c’est un vrai lac, mais l’eau peut bouillonner au milieu : le volcan est là. Les volcans sous-marins sont les plus nombreux, nous verrons pourquoi. Ce sont aussi des montagnes, parfois très hautes, mais seul le sommet dépasse la mer.

Comment expliquer cet extraordinaire phénomène de la nature ? Plus personne ne croit, comme dans !’Antiquité, que c’est le dieu du feu, Vulcain, qui laisse échapper des braises de son immense forge souterraine. L’éruption volcanique est encore mystérieuse, mais on comprend mieux ce qui se passe. On pense que la Terre est un peu comme un œuf : coquille, blanc et jaune. Un œuf gigantesque, car le centre serait à 6 375 km de la coquille ! La coquille, dure, serait ce qu’on appelle 1’« écorce » terrestre, qui n’aurait que quelques dizaines de kilomètres d’épaisseur, et dix fois moins sous les mers.

Ensuite viendrait – ce qui serait le blanc de l’œuf – une masse de roches et de gaz brûlants. Cette masse serait « en fusion », c’est-à-dire si brûlante qu’elle en devient presque liquide, fondue. On l’appelle le «magma». Enfin, il y a le cœur de la Terre, appelé le «noyau», qui serait le jaune de notre œuf.

Les savants pensent que c’est le magma, cette pâte brûlante, sous l’écorce terrestre, qui a des mouvements très lents, mais très puissants. Alors, sous cette poussée, l’écorce peut se plisser par endroits : c-‘est ce qui a formé les chaînes de montagnes. Elle peut être secouée seulement, et il y a des tremblements de terre. Mais elle peut aussi craquer un peu, se fendre, et, par ces fentes, le « magma » brûlant s’échappe vers l’extérieur avec force : c’est l’éruption volcanique.

Que se passe-t-il ensuite ? La masse de lave coule, durcit comme de la pierre, vient s’entasser autour de la montagne qui grandit. Un bouchon de lave se forme quand le volcan se calme, et, à l’éruption suivante, le  bouchon éclate, la lave sort, et la montagne s’élève encore.

L’histoire des volcans dure depuis des siècles, mais n’oublions pas que notre Terre est vieille de millions d’années ! Il y en a qui naissent, d’autres qui sont éteints, d’autres qui ne sont qu’endormis. Aujourd’hui, dans le monde, on en compte presque mille en demi-activité ou risquant de se réveiller. Une vingtaine sont surveillés de très près. Parmi ces mille volcans, la plupart sont sous la mer, ce qui s’explique facilement, puisque l’écorce terrestre y est plus mince. Les  plus nombreux sont autour de l’océan Pacifique, lui faisant une sorte de « ceinture de feu ».

En France, nous ne trouvons que de très anciens volcans, situés en Auvergne ;ils dorment depuis plus de 2 000 ans et ne se réveilleront sûrement plus ! Les plus proches, en demi-activité, sont ceux d’Italie : le Vésuve, l’Etna, le Stromboli.

Etre explorateur de volcan ! C’est, paraît-il, un métier passionnant : il offre les joies de l’alpinisme, mais aussi les joies de la recherche, car il y a encore beaucoup de découvertes à faire sur « le feu de la terre ».

texte de Jacqueline  ECHARD