En décembre lorsque le ciel est si souvent gris, les vitrines des magasins se transforment en véritables tableaux de lumière et d’imagination. Ces décorations font partie d’une longue tradition, qui a commencé en France en 1909. En effet en ce début du siècle, la ville de Paris est entièrement électrifiée depuis peu de temps. « Le Bon Marché », un des premiers grands magasins de la capitale propose pour la première fois une vitrine animée. Grâce à des automates électriques. Le succès est considérable. Dès l’année suivante les autres grands magasins comme « Le Printemps » ou les « Galeries Lafayette » préparent eux aussi des vitrines animées qui très vite attirent un immense public. La tradition est née et gagne les grandes villes de province et les pays étrangers.

Les vitrines de Noël représentent un grand spectacle de rue gratuit, ouvert à tous, petits et grands, accompagné de musique, de flocons de neige, d’odeurs de marrons grillés. Les personnages de Walt Disney, les princesses des contes de fées, les poupées familières et les nounours dansants prennent vie sou les yeux des enfants émerveillés. Le Père Noël, toujours présent devant les magasins, circule au milieu de la foule. Les enfants pensent à la fameuse lettre qu’ils ont écrite pour exprimer leurs rêves. La magie est totale.

Personne ne songe aux exploits techniques que représentent de tels spectacle de rues. Depuis le mois de juin, des décorateurs, des metteurs en scène, des ingénieurs, des électriciens, des charpentiers, des couturiers pour les costumes, des éclairagistes sont au travail et disposent d’un budget fabuleux. Rien que pour la façade éblouissante du magasin des « Galeries Lafayette » transformé en Palais des Mille et une Nuits il a fallu 150000 ampoules électriques et 40 personnes au travail depuis six mois ! Vive les vitrines de Noël !