Les registres de langue en vidéo:

 

Voici la théorie:

1. Les trois registres de langue

On peut reconnaître un registre de langue en observant :

  • le vocabulaire (ex. : une bagnole / une voiture / un véhicule).
  • la syntaxe (ex. : l’ordre des mots dans la phrase).
  • le respect des règles de grammaire.

Il existe trois registres de langue : familier, courant ou soutenu.

a. Le registre courant

C’est le registre le plus neutre. Il est aussi appelé « standard », car c’est par rapport à lui qu’on définit les registres familier et soutenu. Les règles de grammaire et la syntaxe sont respectées. Le vocabulaire n’est pas particulièrement recherché.

Ex. : « Emilie ne conduit pas sa voiture. »

 

b. Le registre soutenu

C’est un registre qu’on rencontre notamment dans les textes littéraires ou bien lors d’un discours officiel, par exemple. Les règles de grammaire et la syntaxe sont respectées, le vocabulaire est précis, varié et recherché.

Ex. : « Emilie ne pilote pas son automobile. »

 

c. Le registre familier

C’est un registre très fréquent à l’oral mais aussi à l’écrit, lorsqu’on veut rendre réaliste un dialogue par exemple. Les règles de grammaire et la syntaxe ne sont pas respectées : omission de l’adverbe de négation, répétition du sujet d’une phrase avec un pronom personnel, tournures emphatiques (« c’est lui qui… »), pas d’inversion du sujet dans la phrase interrogative, élision de la voyelle (« t’as » au lieu de « tu as »), etc.

Le vocabulaire est familier, voire argotique ou grossier.

Ex. : « Emilie, elle la conduit pas sa bagnole. »

 

2. S’adapter à la situation d’énonciation

Lorsqu’il communique, un locuteur a la possibilité de s’exprimer selon les trois registres de langue.

Le choix d’un registre se fait en fonction de la situation d’énonciation, à laquelle le locuteur s’adapte.

Le registre de langue varie selon :

  • Le destinataire du message. On va s’adresser plus familièrement à un camarade ou à un membre de sa famille qu’à un inconnu ou un supérieur hiérarchique. Ex. : « T’as l’heure, Pauline ? » (registre familier) « Auriez-vous l’heure, Monsieur le Directeur ? » (registre soutenu)
  • Le contenu et l’objectif du message. Selon l’effet qu’il souhaite produire (faire rire, être pris au sérieux, etc.), le locuteur change de niveau de langue. Ex. : Un savant expose le résultat de ses recherches dans un registre de langue soutenu, pour être pris au sérieux.
  • La situation d’énonciation : l’écrit ou l’oral. En général, lorsqu’on s’exprime à l’écrit, la langue est plus soutenue car on doit respecter davantage de règles et de contraintes qu’à l’oral, où la langue reste courante ou familière.
    Cependant, on peut écrire dans un registre familier (sur une carte postale par ex.) et s’exprimer oralement dans un registre soutenu (lors d’un discours officiel par ex.) !

L’essentiel

Il existe trois registres de langue : courant, familier et soutenu. Leur utilisation dépend de la situation d’énonciation du locuteur.
Un registre de langue se distingue par le respect (ou non) des règles de grammaire et de la syntaxe ainsi que par le choix du vocabulaire.

source: http://www.maxicours.com

Voici encore deux définitions liées aux registres de langue:

  1. l’argot=  ensemble des mots particuliers qu’adopte un groupe social vivant replié sur lui-même et qui veut se distinguer et/ou se protéger du reste de la société (certains corps de métiers, grandes écoles, prisons, monde de la pègre, etc.) 
  2. le verlan= argot codé qui procède par inversion des syllabes à l’intérieur du mot (par exemple zarbi, bizarre ; ripou, pourri).

(Larousse)