On dit souvent de Facebook qu’il est devenu « un réseau social de vieux » pendant que les jeunes vont plus naturellement vers Instagram et Snapchat. Mais qui sont les jeunes restés sur la plateforme de Mark Zuckerberg ?

Selon une étude réalisée par le Pew Research Center, la part des jeunes présente sur Facebook a diminué de 20 % ces trois dernières années. Désormais, seule la moitié des adolescents américains y auraient un compte, contre près de 2/3 des adultes américains.

La plateforme de Mark Zuckerberg est donc clairement devenue un repaire de vieux, la jeunesse préférant désormais se retrouver sur Instagram (avec des Finstas, ces comptes privés sur lesquels ils montrent tous les aspects de leur vie à l’abri du regard d’éventuels employeurs, et de façon moins policée que ne le font les adultes sur Facebook), Snapchat ou encore dans des communautés YouTube. Mais ce n’est pas là l’unique conclusion à laquelle nous conduit cette recherche.

En regardant les chiffres de plus près, on s’aperçoit également qu’il est possible de dresser un profil-type des jeunes qui utilisent toujours Facebook. Ainsi, alors que seul 1/3 des enfants issus de foyers aisés est inscrit sur le réseau bleu, 2/3 des enfants issus de foyers modestes le sont.

Facebook est devenu un annuaire, pratique pour garder contact lorsqu’on est un foyer modeste contraint de souvent déménager.

Difficile d’expliquer ce constat de façon péremptoire, bien que différents facteurs pourraient entrer en compte. Comme le suppose le média américain Quartz qui relaye l’étude, les adolescents moins riches pourraient avoir besoin de Facebook pour « garder contact avec leurs réseaux et trouver du soutien ». En somme, développer des liens de solidarité. Surtout, il apparaît qu’outre-Atlantique, les familles défavorisées doivent plus souvent déménager que les familles aisées. Cette grande mobilité expliquerait le besoin d’être sur Facebook pour rester connectés aux gens. La plateforme de Mark Zuckerberg est alors utilisée comme une forme d’annuaire plus que comme un fil intéressant à scroller comme Instagram.

 

Vraie mixité sociale sur Instagram

Par ailleurs, il est intéressant d’observer qu’il y a aujourd’hui sur Instagram une véritable mixité sociale. Ceci n’a pas toujours été le cas. Selon une étude du Pew Research Center cette fois menée en 2015, les jeunes issus de milieu modeste étaient alors moins nombreux sur Instagram et Snapchat. Il faut dire qu’à ses débuts, Instagram était surtout une plateforme où l’on exhibait fièrement biens matériels et vacances à l’autre bout du monde. Quant à Snapchat, son utilisation demandait un certain nombre de data. Ces deux réseaux sociaux sont parfaitement taillés pour les propriétaires de smartphones, autrefois surtout réservé aux privilégiés. Avec la démocratisation de ces appareils, est également venue celle d’Instagram et de Snapchat, donc.

Riches ou pas riches, les jeunes poursuivent tous les mêmes objectifs sur Instagram : être reconnus par leurs pairs.

Reste que, émanant de jeunes riches ou pas riches, les comportements adolescents sur Instagram obéissent globalement aux mêmes règles. Garder contact avec ses amis, partager des références de culture populaire, dessiner les contours de son identité à travers l’exposition de ses goûts ou encore se mettre en avant à travers des selfies afin d’avoir une meilleure estime de soi… Cela, les jeunes de tous milieux sociaux l’ont en commun.

Finalement, le fait que les réseaux sociaux commencent toujours par être élitistes avant d’être démocratisés est un constat redondant. Instagram n’est pas l’unique exemple, puisque même Facebook a d’abord été un réseau universitaire (à Harvard, puis Boston et les universités de Ivy League) prisé par des individus qui partaient progressivement de Myspace.

Texte par Émilie LAYSTARY              16/08/2018

https://www.france24.com/fr/20180816-jeunes-sont-ils-facebook-eh-bien-ca-depend-salaire-leurs-parents

 

5) Quel est le profil-type des jeunes qui utilisent Facebook? Pourquoi est-ce le cas?

6) Expliquez le sous-titre « vraie mixité sociale sur Instagram ». Pourquoi n’était-ce pas le cas avant?

7) Quels objectifs poursuivent-ils sur Instagram?

 

5)

  • jeunes de foyers modestes
  • Facebook= annuaire pour rester en contact avec ses amis lorsqu'on déménage

6)

  • toutes les classes sociales sont présentes sur Instragam: les jeunes riches et pauvres utilisent ce réseau social
  • avant on y montrait ses possessions matérielles et des photos de vacances (ce que les moins aisés ne pouvaient pas faire)

7)

  • se valoriser avec des selfies, être reconnus
  • rester en contact avec les amis
  • partager des informations (culture, …), ses goûts et intérêts