Pourquoi en parle-t-on ?

Parce que, ces dernières semaines, les manifestations de « gilets jaunes » et de lycéens ont été marquées par des actes de violence. Des bagarres, des voitures en flammes, des lycéens arrêtés par la police… Ces dernières semaines, en France, la violence s’est invitée dans les manifestations.

Pourquoi la violence ?

Un spécialiste répond à 1jour1actu. Xavier Crettiez est professeur de sciences politiques, spécialiste de la violence en politique.

1jour1actu : Comment expliquer la violence dans les manifestations ?

Xavier Crettiez : Il y a plusieurs explications à donner :

– L’émotion des « gilets jaunes » : ils ont le sentiment de s’appauvrir tandis que certains grands patrons et hommes politiques s’enrichissent. Cela les met en colère.

– Leur manque d’expérience : beaucoup de « gilets jaunes » n’avaient jamais manifesté de leur vie, et ne savaient pas bien comment réagir face aux policiers. Il y a eu des affrontements à cause de cela.

– La présence des casseurs et des « ultras », qui profitent du désordre des manifestations pour casser et détruire.

– Enfin, il y a ce que j’appelle le « frisson de l’émeute » : une joie mauvaise à être violent, un peu comme un enfant qui prend plaisir à désobéir et à se faire peur. Certains manifestants se retrouvent ainsi à commettre des violences sans l’avoir prévu au départ, emportés par l’effet de groupe.

Pourquoi la violence de ces dernières semaines a autant marqué les esprits ?

Xavier Crettiez : Sans doute parce que notre société n’est plus très habituée à la violence. Dans notre pays, il est très rare que des gens se fassent attaquer. C’est pour cela que les images de violence dans les manifestations nous choquent beaucoup, d’autant plus qu’elles sont visibles partout : à la télévision, dans les journaux, et sur les réseaux sociaux.

Pourquoi les lycéens se sont-ils retrouvés mêlés à cette violence ?

Xavier Crettiez : Les lycéens ont profité du mouvement des « gilets jaunes » pour se mobiliser et réclamer des choses au gouvernement. La conséquence, c’est que ça a rajouté au désordre ambiant, et à ce climat de violence.

Cette violence peut-elle continuer ?

Xavier Crettiez : Il est probable qu’elle va peu à peu se calmer, surtout à l’approche des fêtes de fin d’année. Les « gilets jaunes » vont sans doute être de moins en moins nombreux dans les semaines qui viennent.

Le gouvernement fait un pas vers les « gilets jaunes » Et maintenant ?

Hier, pour apaiser la situation, le président Emmanuel Macron a annoncé des mesures pour donner plus de pouvoir d’achat aux Français. Il a notamment annoncé une prime spéciale pour ceux qui touchent le salaire minimum, et des mesures en faveur des retraités les plus pauvres. Mais il n’a pas dit oui à toutes les demandes des « gilets jaunes ». Par exemple, il n’a pas rétabli l’impôt sur la fortune, un impôt spécial qui était payé par les Français les plus riches, et qui avait été supprimé en 2017.

11/12/18          Émilie Leturcq                                                           www.1jour1actu.com

 

 

5) Quels changements Emmanuel Macron a-t-il annoncé?

6) Qu’est-ce qui explique la violence dans les manifestations? Donnez les 4 raisons.

7) Pourquoi cette violence a-t-elle choqué les gens?

 

5)

donner plus de pouvoir d’achat aux Français: prime spéciale pour ceux qui ont le salaire minimum, aide pour les retraités les plus pauvres

 

6)

  1. émotion des gilets jaunes: ils ont l’impression de devenir de plus en plus pauvres tandis que d’autres, notamment les hommes politiques deviennent de plus en plus riches.
  2. manque d’expérience : les gilets jaunes ne savent pas comment réagir face aux policiers.
  3. présence des casseurs et des ultras : ceux-ci profitent des manifestations pour faire du vandalisme
  4. le « frisson de l’émeute » : effet de groupe, chacun fait comme l’autre, désir de désobéir et de faire qqch. d’interdit

 

7)

les gens ne sont pas très habitués à la violence; en France, peu de personnes ne se font attaquer