De tous les pays d’Europe, la France est celui qui compte le plus danimaux de compagnie : des millions de chiens et de chats se disputent les tendresses de leurs maÎtres. Seulement, que faire de ces compagnons quand arrive le temps des vacances ? Beaucoup les emmènent. D‘autres les mettent en pension. Notre reporter (un fin limier) a interrogé les intéressés.

Drink, setter irlandais.

Ce que je pense des voyages ? Mais beaucoup de bien, monsieur, beaucoup de bien. Moi,je suis le chien des grands espaces. Alors, voir du pays, j’adore. En fait, je suis bien partout pourvu que je puisse sauter sur les épaules de mon maître : à cheval, en train, en auto … En avion, je n’ai jamais essayé. Mais j’ ai pris le bateau, une fois. Le plus désagréable ? La vaccination, au départ : pas moyen d’y couper, deux injections à quinze jours d’intervalle ! Si encore j’avais pu mordre le vétérinaire à chaque fois, mais non, à la seconde, j’ ai raté mon coup : vous savez ce que c’est que les vies de chien, monsieur : on n’est pas chanceux tous les jours !

Vania, chatte siamoise .

Horreur, monsieur, j’ai  horreur des voyages  ! Bien sûr, mes maîtres partent en vacances comme tout le monde. Et savez-vous à quoi ils occupent leur temps ? A se tremper dans l’eau froide ! Comment se passe le voyage ? Toujours en avion et très mal, monsieur. En principe, je suis dans un panier ;je pourrais en sortir, remarquez, avec la permission du pilote. Le plus à craindre, c’est Rie, mon compagnon, le fox à poils ras. Lui n’a pas droit à la cabine, il voyage dans la soute. Et par-dessus le marché, cela coûte 200 francs à mon maître. Pour moi, c’est gratuit : je pense qu’ils sont très honorés d’avoir un passager de ma qualité.

 

Calin, le perroquet.

Moi,monsieur, j’aura i bientôt quatre-vingts ans : les voyages ne sont plus de mon âge. Que font mes maîtres quand ils partent en congé ? Eh bien, ils me mettent en pension. Vous êtes ici chez la vieille dame qui m’héberge. Malheureu­ sement, je suis la seule personne raisonnable de sa ménagerie,jugez plutôt :trois poissons rouges, un cochon d’Inde et un bébé crocodile… Pas moyen de leur tirer un mot. Au moins, moi, je suis libre, enfin,j’étais libre : depuis hier, j’a i cette chaîne à la patte. Pourquoi? Parce que j’avais découvert un sac plein de billes de loto : j’avais commencé à en croquer une, quand madame a confisqué le sac! Oh, j’ai tout de suite compris ! Elle attend mon départ pour les manger toute seule. Alors dites­ le bien, monsieur, dans votre article, que les animaux en pension sont rarement tout à fait heureux …

Bouiboui, le dogue.

Les voyages, monsieur, c’est cher (je paie 1/2 place) et ça m’ennuie. D’ailleurs, on ne m’a pas dressé pour voyager mais pour garder.

Surtout, ah surtout, ne me parlez pas des départs en train ! Tenez la dernière fois, c’était dans le Paris-Bordeaux; je me suis retrouvé dans le même compartiment qu’un berger allemand. J’ai tout de suite compris qu’il fallait, pour éviter les heurts, toujours regrettables entre gens de bonne compagnie,délimiter mon territoire.

J’ai donc fait, dès qu’il m’a été possible, pipi sur les bagages déposés dans le couloir, en face de notre compartiment. Le croiriez-vous,monsieur ? Cela n’a pas plu du tout ; j’ ai même reçu un coup de cravache, pour la première fois de ma vie ! Aussi ai-je décidé qu’à l’avenir, je ne m’occuperai plus de rien. Si mon maître tient à marquer notre domaine,eh bien,il n’aura qu’à faire ça lui-même !

© Éditions M.D.I. 1994.